Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 janvier 2010 4 21 /01 /janvier /2010 10:16
Jean-Michel Fourgous, député UMP, remet aujourd’hui au Premier ministre son rapport sur le numérique à l’école. La France est en retard dans ce domaine.
 
A 3 ans, ils savent qu’en tapant sur un clavier d’ordinateur il se « passe un truc » à l’écran, à 5, maîtrisent la souris, à 10, ils fouillent sur Internet. A 15 ans, les ados, équipés à 91 % (contre 69 % des Français en moyenne), ont semé les parents depuis longtemps dans le monde numérique.

  
Mais à l’école, c’est une autre histoire : prof, tableau noir... Décalage dangereux. Pour le lien élèves-écoles, déjà distendu : « On ne pourra pas continuer à imposer à l’école une culture qui n’est plus celle des enfants », estime Jean-Michel Fourgous, député UMP, qui remet aujourd’hui son rapport de Monsieur Numérique à François Fillon et Luc Chatel. Avec la promesse de Nicolas Sarkozy de dégager un peu du grand emprunt pour l’aider, il estime qu’il faut désormais « mettre le paquet ».

Même le Portugal ou l’Espagne font mieux

« La France perd déjà des points de croissance parce que ses jeunes ne parlent pas bien anglais. Et dans les années à venir, 50 % de la richesse mondiale dépendra des nouvelles technologies », avance le député, également maire d’Elancourt (Yvelines), où le numérique a depuis longtemps envahi les classes. Première à se lancer dans la visioconférence pour l’anglais en primaire, 100 % d’écoles équipées de tableaux interactifs… La France est loin de cet exemple pionnier, pour ne pas dire affreusement en retard. Malgré les innovations et il n’en manque pas , souvent portées par un prof dans son coin ou en réseau. En dépit du plan Informatique pour tous de 1985, des efforts de régions comme l’Ile-de-France pour financer des environnements numériques de travail au lycée, ou du lancement de la visioconférence en 2007, qui reste expérimentale, comme à Rosny.
La France arrive en 24e place (sur 27) en Europe ! Avec 12,5 ordinateurs pour 100 élèves, 1 % d’écoles primaires équipées, 12 % des profs (surtout dans le secondaire dans les matières scientifiques) qui utilisent les nouvelles technologies pour un quart de leurs cours : en Angleterre, ils sont 65 %, et le taux d’équipement en tableaux interactifs frise les 80 %. Même le Portugal ou l’Espagne font mieux que l’Hexagone. Pourtant, tous les spécialistes l’ont constaté : bien utilisé, grâce au lien personnalisé que cela ouvre avec l’élève, même un quasi-décrocheur retrouve le goût d’apprendre et gagne en confiance.

Claudine Proust | 21.01.2010, 07h00
Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Presses
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 10:16
Suppressions de postes, organisation... Les problèmes liés à l’absentéisme des profs ont plusieurs origines.
-  

Davantage d’absences ? Oui et non. Les profs n’ont pas un taux d’absentéisme supérieur aux autres salariés, quoi qu’en ait dit le rapport commandé à un cabinet extérieur en 2008 par Xavier Darcos.


  
« Une absence de prof est évidemment plus apparente que celle d’un salarié dans un bureau planqué », explique le proche d’un recteur. Le rapport comptabilisait en outre les congés maternité. Et là, oui, tout le monde le reconnaît, ils sont nombreux. Depuis quelques années, il y a eu un fort renouvellement de la profession : plus de jeunes, plus de femmes, qui représentent jusqu’à 80 % des enseignants, donc plus de grossesses.
Et quand les conditions de travail, par exemple pour des néotitulaires affectées en zone difficile, à des kilomètres de voiture de chez elles, s’y ajoutent, l’arrêt maladie préalable au congé maternité n’est pas une aberration.

- Pas assez de remplaçants. « A force d’avoir supprimé des postes, il n’y a plus de gras ! » analysent les syndicats enseignants. Le ministère réfute le sujet des moyens, mais reconnaît un problème « dans le vivier des remplaçants ». Dans l’une des académies de la région parisienne, on reconnaît pourtant que le stock peut se révéler insuffisant : « Quand on demande 10 profs pour la rentrée suivante et que le ministère ne nous en accorde finalement que 7, on sait d’avance que ce sera tendu. » Et puis, dans le stock des remplaçants, on trouve des profs fragiles, peu à même d’affronter des élèves de collèges difficiles. Quant aux vacataires, recrutés pour un maximum de 200 heures, pas forcément formés à l’enseignement, il leur arrive d’autant plus facilement d’abandonner qu’ils sont en statut précaire, payés à l’heure.

- Des matières à problèmes. Sans attendre l’état des lieux que doit remettre en fin de mois l’ancien directeur des affaires financières, chargé de mission par le ministre de l’Education Luc Chatel, on admet que certaines disciplines souffrent d’un manque de bras. Dans l’académie de Créteil, il faudrait davantage de profs d’anglais et de maths. Ailleurs, les profs d’allemand, de maths et de physique sont une denrée rare. Problème de pilotage avec l’actuel système de recrutement, explique-t-on : difficile de prévoir au niveau national le nombre précis de postes à ouvrir aux concours, pour pallier deux ans plus tard des départs qu’on ne connaît pas encore !

- Une gestion à améliorer. C’est ce qui ressortira du rapport attendu au ministère. « Si ça marche globalement mieux à l’école primaire, c’est que des remplaçants sont attachés à chaque circonscription et qu’un maître pour une classe, c’est plus facile. » Dans le secondaire, c’est un vrai casse-tête, avec toutes les matières, des profs qui s’occupent de plusieurs classes, parfois à cheval sur plusieurs établissements, et des remplacements gérés par l’académie. « Si j’ai 6 remplaçants disponibles à Montélimar, je peux difficilement les expédier à Annecy », explique-t-on au rectorat de Grenoble.

 C.P. | 20.01.2010, 07h00
Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Presses
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 10:14
Des parents d’élèves vont protester cet après-midi au ministère de l’Education nationale contre le nombre de profs absents non remplacés. Une situation qui s’aggrave partout.
 
Claudine Proust | 20.01.2010, 07h00 
 
Prof de maths absent… depuis la rentrée. Remplaçant introuvable ici en allemand, là en anglais, cours préparatoire sans maître une semaine, et petites annonces à Pôle emploi pour trouver un vacataire « ayant de bonnes notions d’espagnol »… Depuis la rentrée de septembre, les heures de cours perdues se ramassent à la pelle.


 

A la veille d’une journée nationale de mobilisation de la fonction publique, où le sujet apparaîtra en filigrane des manifestations contre les suppressions de postes, parents et enseignants de Seine-Saint-Denis défilent cet après-midi devant le ministre de l’Education nationale. Plus qu’excédés, exaspérés par les absences non remplacées. Pour la première fois, en Seine-Saint-Denis, le primaire accuse aussi le coup. Les parents tiennent une triste comptabilité de jours sans cours.
La gastro et la grippe, fantômes habituels des mois de janvier dans l’Education nationale comme ailleurs, sont-elles seules en cause ? Pour les syndicats d’enseignants, ces absences non remplacées éternel cauchemar des parents dans le secondaire, qui s’est accru depuis l’automne sont le signe qu’à force de restrictions budgétaires, « on a attaqué l’os ». Pour le ministère, rien à voir avec les moyens. Question de gestion, de pilotage du « vivier des remplaçants », qu’il faut, on en convient, améliorer.

L’agence nationale de remplacement écartée

Luc Chatel va à son tour s’attaquer à ce serpent de mer, que le Premier ministre François Fillon pensait effacer en 2005. Trois ans plus tard, Xavier Darcos avait promis la création d’une agence nationale du remplacement que Luc Chatel n’a pas jugée pertinente. Le ministre de l’Education nationale attend pour la fin du mois un rapport interne, avec un état des lieux et des recommandations pour surmonter ces écueils : plus de femmes dans l’enseignement donc plus de congés maternité ; des disciplines clés en manque de profs comme les maths et des pics de maladie connus de longue date, de décembre à février.

Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Presses
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 09:20

L’académie de Créteil lutte contre l’absentéisme des élèves de sixième en faisant participer plus activement les parents. Les résultats positifs ne se sont pas faits attendre.

par Magicmaman 12/01/2010 | 00:00

Pour améliorer les résultats scolaires et le taux d'absentéisme des élèves, l'académie de Créteil a mis en place le dispositif « La Malette des parents ». Déployé durant l'année scolaire 2008-2009, ce programme a permis aux parents d'élèves de sixième de participer activement à des réunions-débats avec les autres acteurs du collège.

Des actions simples et concrètes qui ont donné des résultats probants très positifs : les enfants sont moins absents et sont moins punis. Autre point, les familles tests ont été moins convoquées pour des problèmes de comportements de leur enfant. Les chercheurs se félicitent de ces résultats : « Oui, il est possible pour les collèges d'accroître très sensiblement l'implication des parents dans les scolarités de leurs enfants, et oui ce surcroît d'implication a vraiment un effet très bénéfique sur le comportement des enfants au collège ».

L'opération, évaluée par l'Ecole d'économie de Paris, a coûté entre 1000 à 1500 euros par collège. Une quarantaine de classes de sixième et 5 000 élèves ont participé à l'opération.

Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Actualité
commenter cet article
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 09:05
Évaluations CE1 et CM2 en français et mathématiques : calendrier
Étape
CM2
CE1
Distribution des livrets dans les écoles Du 13 au 15 janvier 2010 11, 12 et 14 mai 2010
Passation des épreuves Du 18 au 22 janvier 2010 Du 17 au 21 mai 2010
Corrections Du 25 au 29 janvier 2010 Du 25 au 28 mai 2010
Remontée des résultats Du 28 janvier au 17 février 2010 Du 27 mai au 16 juin 2010
Information des parents dans chaque école Du 1er au 5 février 2010 Du 30 mai au 4 juin 2010
Publication des résultats départementaux, académiques et nationaux 24 février 2010 21 juin 2010    
                                   


Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Actualité
commenter cet article
18 janvier 2010 1 18 /01 /janvier /2010 14:33

Quel est le niveau de connaissance des CM2 ? C’est ce que va permettre de savoir l’évaluation nationale, qui débute lundi. Des exercices de maths ou de français destinés à faire le point.
 
C’est reparti pour quelques journées studieuses à plancher sur des séries de questions en maths et en français, sans dépasser le temps imparti, face à des instituteurs armés de chronomètres. A partir de lundi, et toute la semaine prochaine, les 700 000 et quelques petits élèves de CM 2 et leurs enseignants s’attelleront aux évaluations.


Claudine Proust | Le Parisien 15/01/10 

Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Actualité
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 10:02
Les salons à ne pas manquer
- Jusqu'à ce soir, le salon admission post bac est ouvert jusqu'à 18h, à la Grande Halle de la Vilette (M°Porte de Pantin) : plus de cent exposants, toutes les universités de France notamment, conseillers d'orientation  et démonstration du site APB. Entrée gratuite.
 
- Le week-end prochain, Studyrama organise plusieurs salons. Samedi 16 à Toulon, Bayonne et Limoges. Les 22 et 23 janvier à Nice, Nantes et Nancy.
  = Dimanche 17 à l'espace Champerret à Paris de 10h à 18h.
 
  = Du 15 au 17 janvier aussi, l'Etudiant organise un salon de l'apprentissage et de l'alternance en IdF.
 
- Fin janvier, (29 et30), l'Etudiant tient salon sur les études et carrières internationales, l'informatique et le multimédia, et les carrières artistiques.
Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Actualité
commenter cet article
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 10:00
Dépêches de l'Education
du Jeudi 7 janvier 2010

Trois syndicats demandent une "remise à plat" des évaluations en CE1 et CM2


Trois syndicats d'enseignants des écoles primaires (SNUipp-FSU, SE-Unsa et Sgen-CFDT) ont demandé jeudi au ministre de l'Education nationale, Luc Chatel, de "remettre à plat" le dispositif actuel d'évaluation des écoliers de CE1 et CM2 pour prendre en compte les critiques.

Ces critiques concernent principalement "la confusion entretenue entre évaluations +bilan+ et +diagnostic+, la date de passation, le codage binaire, l'absence de réussites partielles", selon ces syndicats qui représentent plus des trois quarts des voix aux élections professionnelles.

Déplorant un manque de concertation, ils rappellent aussi "qu'ils refusent toute publication école par école des résultats qui introduirait une logique de concurrence inacceptable au regard des objectifs de l'école publique".

L'an dernier, les principales critiques avaient porté sur des exercices passés en CM2 sur des points pas encore abordés dans le programme, ainsi que sur le mode binaire de notation des questions (soit 1, soit 0) empêchant la prise en compte de reponses partielles des élèves.

Dans un rapport rendu public en octobre dernier, un groupe de travail parlementaire UMP a prôné de "mieux associer la communauté éducative" à l'organisation de ces nouvelles évaluations, mises en place pour la première fois au cours de l'année scolaire 2008/2009.

Ce groupe avait notamment jugé que la méthode devait être "incontestée et incontestable", ce qui n'avait "pas été le cas". "Une clarification des objectifs poursuivis est nécessaire", avait-il ajouté, notamment en CM2 où les évaluations sont "à mi-chemin" entre le "bilan" et le "diagnostic" qui appelle un dispositif de soutien.

Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Presses
commenter cet article
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 15:46

COMMUNIQUÉ 

L’école et l’entreprise font connaissance 
 

Cette année, les établissements (collèges et lycées) de la ville de Puteaux ont participé pour la première fois à la « semaine école entreprise », opération conjointe du Service développement économique de la Ville de Puteaux et de l’Education nationale visant à mettre en relation les communautés éducatives et les entreprises aux travers d’interventions en classe et de visites d’entreprises. Une expérience nouvelle qui s’est avérée très positive, autant pour les élèves que pour les entreprises. 

84 élèves de 3ème et de 1ère de quatre établissements (collèges Maréchal Leclerc et les Bouvets ; lycées Lucien Voilin et Agora) et 3 entreprises (Auchan la Défense, Urban Ciséo et le Toit de l’Arche) implantées à Puteaux y ont pris part. Ces entreprises ont l’avantage de représenter des secteurs d’activités forts différents : la grande distribution avec Auchan, le service avec l’installation et l’exploitation de chauffage urbain pour Urban Ciséo et le secteur de la culture avec le Toit de l’Arche. 

Diversité  des métiers, formations nécessaires, évolution de carrière, intérêts et contraintes, organisation des entreprises … c’est de tout cela dont il était question lors de ce projet qui s’est déroulé en 3 temps. 

Début novembre, un intervenant d’entreprise s’est rendu auprès des élèves, en classe, pour présenter ce qu’est une entreprise dans ses grandes lignes, pour parfois demander un travail aux élèves. Ainsi certains ont du élaborer une fiche métier d’un métier qui les attirait. Les élèves ont du plancher sur une demande qui leur était formulée par un interlocuteur du monde de l’entreprise ! 

Fin novembre, les élèves se sont déplacés dans les différentes sociétés pour une visite sur mesure, organisée spécifiquement pour eux. Mais ils n’y sont pas allés les mains dans les poches, leur enseignant les avaient préparés : recherche d’informations sur Internet, élaboration de questionnaires … 

Puis le 11 décembre, une séance dite de restitution a rassemblé une centaine de personnes, 84 élèves et les partenaires :

  • Inspecteur, chefs d’établissements, enseignants de l’Education nationale ;
  • Chefs d’entreprise et responsable de recrutement du côté entreprise ;
  • Maire adjoint, Conseiller municipal, côté Ville de Puteaux,
  • Représentants de parents d’élèves
 

Deux élèves par classe, accompagnés de leur enseignant et de l’interlocuteur entreprise ont fait partager leur expérience de cette opération auprès du public. Cela en mobilisant différentes formes d’expression :  exposé, power point, photographies, saynète … 
 
 

La salle fut enthousiaste et apprécia la créativité des élèves et de leurs enseignants. Cette opération a même révélé des aptitudes et compétences que les enseignants ne soupçonnaient pas de leurs élèves. Ils en ont vivement félicité leurs élèves. Ce qui est un des importants effets positifs de ce projet. 

Les enseignants et interlocuteurs entreprises ont été conviés à travailler ensemble, à chacune des étapes du projet. Ce qui a permis aux interlocuteurs qui se rencontrent peu de se découvrir et de s’enrichir mutuellement. 

Revisiter les fausses représentations du travail, voir l’envers du décor … pour se forger leur propre opinion du monde du travail, les jeunes ont besoin de concret, de témoignages, de rencontres, d’échanges directs avec les professionnels.  

Et c’est pour tenter de répondre à leurs attentes que cette expérience à été lancée. Les professionnels sont d’ailleurs ravis de faire partager leur passion et … faire part de leur parcours les valorise. Ce qu’ont bien compris certaines entreprises qui n’hésitent plus à faire témoigner leurs jeunes et moins jeunes collaborateurs. 

« La cellule école entreprise » de l’Inspection académique a été sollicitée par un représentant de parent d’élèves (PEEP) pour monter ce projet sur Puteaux. C’est en effet l’un de ses rôles et une fois les acteurs locaux mis en lien et le projet encadré, sa vocation est de se dégager pour répondre à d’autres sollicitations ailleurs. Satisfaits, les acteurs locaux de Puteaux ont d’ailleurs pris l’engagement de se retrouver l’année prochaine pour réitérer ce genre d’opération.  


Anne Brandicourt
Ingénieur pour l'école
Mise à disposition
Inspection académique des Hauts de Seine

Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Peep puteaux
commenter cet article
4 janvier 2010 1 04 /01 /janvier /2010 15:40
La première école de la deuxième chance des Hauts-de-Seine pourra ouvrir. Le conseil général doit donner son accord aujourd’hui, après des mois d’attente.
 
F.C. | 18.12.2009, 07h00
 
Une bonne nouvelle pour les jeunes adultes du nord des Hauts-de-Seine sortis du système scolaire et souhaitant disposer d’une deuxième chance. Une école du même nom devrait enfin y voir le jour. Le projet doit obtenir le feu vert de principe du conseil général ce matin, lors de la dernière séance publique de l’année. Un feu vert sur le fil pour un dossier qui traîne depuis plus de deux ans.
  

« Le département est aujourd’hui le seul d’Ile-de-France à ne pas disposer d’une telle école. C’est vraiment regrettable », soulignait il y a deux semaines le président de la chambre de commerce des Hauts-de-Seine, Claude Leroi, regrettant le manque d’enthousiasme du conseil général pour faire aboutir ce dossier. « Si cela a mis un peu de temps, c’est aussi parce que la CCI qui se chargeait de fédérer les villes n’a pas réussi à mettre les gens d’accord », rétorquait hier le président du conseil général, Patrick Devedjian.
Derrière cet échange d’amabilités, se cache en fait un enjeu essentiel pour la formation des jeunes sans qualification. Une centaine de jeunes de 18 à 25 ans se verront ainsi offrir une deuxième chance grâce à un enseignement en alternance validé par un certificat de compétence et rémunéré.
Le territoire retenu couvre Asnières, Bois-Colombes, Clichy, Courbevoie, Colombes, Gennevilliers, La Garenne-Colombes, Levallois, Neuilly, Puteaux et Villeneuve-la-Garenne. Le budget annuel a été fixé à 1,205 M€ réparti entre le FSE (Fonds de solidarité emploi), l’Etat, la région, la CCIP, les entreprises mécènes ainsi que, à parts égales pour 10 % chacun, le département et l’ensemble des communes. Les locaux, achetés par la ville, se situeront à Clichy. Une directrice a même été nommée. Mais toutes les villes n’ont pas encore voté. De leur plus ou moins grande célérité dépend la date d’ouverture de l’école. Certains, dont le président de la CCI, espèrent mars 2010. « Nous souhaitons que ça aille vite, mais le dossier ne dépend pas du conseil général », glisse Patrick Devedjian. La balle est dans le camp des villes.
Repost 0
Published by PEEP Puteaux - dans Actualité
commenter cet article

Présentation

  • : PEEP de Puteaux
  • PEEP de Puteaux
  • : Association de Parents d'élèves de Puteaux (PEEP de Puteaux 92800).
  • Contact

Recherche

Archives Des Articles

Articles Récents

  • brocante 19 Nov 2016
    Le samedi 19 novembre 2016, le vide grenier des enfants sera organisé par la PEEP de Puteaux dans la salle des colonnes de l'hôtel de ville Dédiée à la vente de jouets, jeux, livres, vêtements et équipements sportifs pour enfants de 0 à 15 ans, cette...
  • Dossier inscription brocante novembre 2016
    Lien vers le dossier d'inscription pour la brocante du 19 novembre 2016 : https://mon-partage.fr/f/p0W3TzWv/
  • BROCANTE ANNULEE
    En cette période incertaine, suite aux attentats en Europe et dans le monde et suite aux enquêtes et arrestations en France même, la PEEP de Puteaux a décidé d’annuler le marché des enfants d’Avril à l’école Pyramide. Vous êtes nombreux à nous avoir fait...
  • SOS élèves sans enseignants
    Bonjour à toutes et à tous, Tenant compte des "Alertes" concernant le non remplacement des professeurs absents, il a semblé judicieux à la PEEP 92 de lancer une pétition sur l'ensemble du département L'ensemble des associations PEEP du département a été...
  • BROCANTE DU 10 AVRIL à PYRAMIDE (il reste des places)
    Le dimanche 10 avril 2016, la brocante des enfants sera organisée par la PEEP de Puteaux dans le hall de l'école Pyramide. Dédiée à la vente de jouets, jeux, livres, vêtements et équipements sportifs pour enfants de 0 à 15 ans, cette braderie réunira...
  • Diplôme national du brevet, baccalauréat, CAP et BEP : les dates des examens 2016
    Retrouvez les dates des examens du diplôme national du brevet, du baccalauréat, du certificat d'aptitude professionnelle (CAP) et du brevet d'études professionnelles (BEP) 2016, publiées au Bulletin officiel du 3 décembre 2015. Diplôme national du brevet...
  • Forum de la Famille et de la Parentalité : harcèlement et cyberharcèlement des ados - 20 et 21 novembre 2015
    Forum de la Famille et de la Parentalité : harcèlement et cyberharcèlement des ados - 20 et 21 novembre 2015 * le 21 novembre 2015 - INSCRIPTIONS Parents-Familles : http://lrvp.org/forumfamille30Ons2kXs Cette année les enfants et les adolescents peuvent...
  • Attentats - comment en parler à vos enfants
    Comment expliquer l'inexplicable à nos enfants, des spécialistes se sont penchés sur la question, voici quelques réponses en ligne pour vous, pour eux. Mon quotidien : http://www.playbacpresse.fr/?utm_source=facebook&utm_medium=banni%C3%A8re&utm_campaign=EDSPEMQ...
  • vendredi 13 novembre 2015 ...
    Nous sommes profondément bouleversés par les attentats terribles qui viennent de nous frapper. Nos pensées vont vers chaque famille touchée dans sa chair par ce drame atroce. Nous leur présentons toutes nos condoléances. Liberté, égalité, fraternité sont...
  • Un statut de parent délégué : Enfin !!!
    Nous sommes des milliers à exercer de manière bénévole la tâche difficile de représenter, conseiller, informer les parents d’élèves dans les écoles, collèges, lycées et toutes les instances de l’éducation nationale. Ce matin, enfin notre mission a été...